Entre 2000 et 1200 avant JC, on parlait déjà d’un arbre (L’épicéa, arbre de l’enfantement), le jour du 24 décembre, puisqu’on estimait ce jour comme la renaissance de l’astre solaire. Les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre, l’épicéa fut celui du 24 décembre. Pour le rite païen du solstice d’hiver, un arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé.

En 354, l’Eglise institue la fête de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour concurrencer cette fête païenne. Originellement la célébration de Noël se résumait à la messe de la nativité.

On raconte qu’un moine évangélisateur germanique de la fin du VIIe siècle, Saint Boniface (né en 680), voulait convaincre les druides germains, des environs de Geismar, que le chêne n’était pas un arbre sacré. Il en fit donc abattre un. « En tombant, l’arbre écrasa tout ce qui se trouvait sur son passage à l’exception d’un jeune sapin ».

A partir de là, le mythe fait son oeuvre. Elle raconte que Saint Boniface a qualifié ce pur hasard de miracle, et clamé dans le même sermon : « Désormais, nous appellerons cet arbre, l’arbre de l’Enfant Jésus. » Depuis, on plante en Allemagne de jeunes pins pour célébrer la venue du Christ.

Au XIème siècle, l’arbre de noël, garni de pommes rouges, personnifiait l’arbre du paradis. C’est au XIIème siècle que la tradition du sapin est apparue pour la première fois en Europe, plus précisement en Alsace.

On le mentionne pour la première fois comme « arbre de noël » en Alsace vers 1521. Au XIVème siècle, les décorations étaient composées de pommes, de sucreries et de petits gâteaux. A cette époque, l’étoile en haut de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethleem commença à se diffuser. Ce sont les protestants en 1560 qui répandirent la tradition du sapin de noël pour se dissocier des catholiques.

Au XVIIème et XVIIIème siècle apparaissent les premiers arbres illuminés. On utilisait des coques de noix remplies d’huile sur lesquelles des mêches flottaient ou des bougies souples nouées autour des branchages.

C’est vers 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, aurait installé un arbre de noël à l’intérieur du château de Versailles.

On trouva par la suite de plus en plus d’arbres de Noël particulièrement en Alsace-Lorraine, où existait déjà la tradition du sapin de Noël.

En 1837, la duchesse d’Orléans Hélène de Mecklembourg, d’origine germanique, fit décorer un sapin au jardin des Tuileries.

Cette tradition se développa après la guerre de 1870 dans tout le pays grâce aux immigrés d’Alsace-Lorraine qui firent connaître la tradition de l’arbre de Noël aux Français.

C’est à cette période que le pays entier adopta cette tradition.