En ce qui concerne les moeurs d’anniversaire, deux pays, les Allemands et les Grecs, ont commencé la majeure partie des moeurs que nous perpétuons encore aujourd’hui.

Jusqu’à il y a 4000 ans avant Jésus-Christ, personne ne célébrait son anniversaire, personne n’était capable de calculer le temps de façon suffisament précise. Il faudra attendre l’arrivée des premiers éphémérides pour avoir une idée juste du temps qui passe, et donc de son âge ! Mais même à ce moment, seuls les nobles, principalement les Pharaons, fétaient leur anniversaire, puisque on ne tenait pas de registre des naissances pour le peuple. Ce sont les Grecs qui, les premiers, ont élaboré des statistiques démographiques.

Une fois le problème de notion du temps résolu, les gens ont commencé à croire que les mauvais esprits les visitaient le jour de leur anniversaire de naissance. Afin de se protéger des forces du mal, ils s’entouraient de leur famille durant cette journée, pour ne pas être incommodés. Les proches, pour leur part, offraient présents et nourriture à la personne fêtée, afin de lui donner la force nécessaire pour combattre les esprits mauvais. Mais rapidement, cette tradition naissante a pris l’aspect d’une partie de plaisir, et les esprits ne sont devenus qu’un argument pour se retrouver et faire la fête.

Quant aux enfants, c’est vers la fin du 19e siècle que l’on a commencé à célébrer leur anniversaire . A l’époque où le taux de mortalité infantile était particulièrement élevé, le premier anniversaire d’un nourrisson était perçu comme une véritable victoire sur la nature. Les années et les progrès de la médecine aidant, ce sont les allemands qui ont mis à la mode une célébration appelée «kinderfeste» , et donc le premier gouter d’anniversaire ! Pour la première fois dans l’histoire humaine, les enfants connaissaient eux aussi leur journée de reconnaissance au cours de l’année !